1. Accueil
  2. Activité physique
  3. Votre défi : faire bouger l’adolescent récalcitrant !

Votre défi : faire bouger l’adolescent récalcitrant !

Les enfants aiment se dépenser, bouger, mais, arrivés à l’adolescence, ils sont souvent rétifs. Allez hop, on se lève du canapé, on arrête de râler et on s’active !

Une heure par jour

Chez les adolescents, les préconisations sont les mêmes que pour les adultes : 30 minutes par jour, cinq fois par semaine. Ces activités physiques doivent :

  •  être d’intensité modérée à élevée
  • se faire sous forme de sports, de jeux ou d’activités de la vie quotidienne.

Faire du sport, c’est trop cool !

Dans les pays industrialisés, la pratique sportive fait partie du mode de vie adolescent, en particulier pour les garçons. Elle améliore l’état de santé perçue, voire le « bien-être psychologique » ou « l’estime de soi » et diminue l’anxiété sociale. Malgré cela, elle diminue toutefois avec l’âge, et de façon plus marquée pour les filles.

L’affaire de tous, et surtout de la famille

La promotion d’un mode de vie physiquement actif doit être l’affaire de tous : éducateurs physiques, écoles, centres médico-sportifs, collectivités, mais surtout famille. En effet, la pratique sportive des parents influence la pratique de l’activité physique des jeunes. L’activité augmente aussi avec le niveau socioéconomique : plus le diplôme et les revenus des parents sont élevés, plus la pratique est forte.

Dis-moi ce que tu attends, je te dirai quoi faire

Au moment de la puberté, la différence de pratique physique devient très importante entre les filles et les garçons. Les filles s’en détournent par manque d’attrait pour les activités proposées (tennis, gymnastique, running…). C’est de toute façon une période où l’activité physique et sportive diminue de façon drastique chez les deux sexes. Les adolescents sont attirés par des expériences nouvelles, et ils déclarent aussi un certain manque de temps et de volonté à y consacrer.
Pour leur redonner envie, il faut leur proposer de préférence :

  • des activités à la mode (hip-hop, danse, aquagym…) ;
  • une inscription avec un(e) ami (e) (c’est plus motivant), près de la maison ou du lycée (c’est plus facile) ;
  • leur rappeler les possibles bénéfices sur leur silhouette (filles) et muscles (garçons) : ça peut aider !

Les raisons de l’abandon

Pratiquer une activité physique, c’est dépasser les raisons qui poussent traditionnellement à abandonner : maîtrise insuffisante de la technique, sentiment de ne pas être bon (davantage les garçons) et contraintes de l’entraînement (davantage les filles).

Ne baissez pas les bras, des solutions existent !

  • Si l’accès est facilité (dans les grandes villes par exemple, c’est plus facile qu’à la campagne car l’accès aux équipements est plus simple et plus varié)
  • quand la promotion est faite en milieu scolaire sous forme ludique, en particulier pour les jeunes enfants entrant à l’école primaire.
  • quand l’école propose des activités attractives, ludiques, dès l’école élémentaire. Mais cela dépend aussi de l’offre et des aménagements disponibles.
0

Il n'y a aucun commentaire