Agir

  1. Accueil
  2. Sommeil
  3. Troubles du sommeil et ménopause : des solutions existent !

Troubles du sommeil et ménopause : des solutions existent !

La ménopause et le sommeil sont liés. Passé 50 ans, de nombreuses femmes ressentent une dégradation de la qualité de leur sommeil. Si la ménopause n’est pas la seule explication, les changements hormonaux rencontrés sont à analyser. Heureusement, des solutions existent pour retrouver des nuits plus douces.

Troubles du sommeil : pensez à la ménopause ! 

Les femmes ne pensent pas toujours que la ménopause puisse être responsable de leurs troubles du sommeil. Et Pourtant…Les modifications hormonales rencontrées lors de la ménopause perturbent le quotidien de très nombreuses femmes à partir de 50 ans, et notamment le sommeil. Des perturbations possibles aussi en péri-ménopause, c’est-à-dire la période précédant l’arrêt complet des règles, et qui peut survenir dès l’âge de 40 ans.

Signes des troubles du sommeil dus à la ménopause

Vous dormez moins bien, moins longtemps, vous vous réveillez sans raison en plein milieu de la nuit sans parvenir à fermer l’œil ? La ménopause est peut-être en cause. Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, troubles de l’humeur et troubles respiratoires…Ces troubles liés à la ménopause perturbent aussi le sommeil. Les ronflements, fréquents chez les hommes avant l’âge de 50 ans, deviennent aussi un problème courant chez les femmes à l’arrivée de la ménopause. Des ronflements parfois accompagnés d’apnées du sommeil avec un risque d’accidents cardio-vasculaires plus important.

Ménopause et médicaments

Faire la part des choses entre ce qui relève de facteurs psychologiques comme le stress et ce qui relève du contexte hormonal n’est pas chose aisé. D’où la nécessité d’expliquer plus en détails ce que vous ressentez le soir avant de vous coucher et durant la nuit à votre gynécologue ou à votre médecin traitant. Ce dernier pourra vous conseiller, prescrire si besoin un traitement hormonal de la ménopause (THM), voire vous orienter vers une consultation spécialisée dans les troubles du sommeil.

Dans tous les cas, évitez l’automédication ou encore la prise de somnifères dont on sait qu’ils ont plutôt tendance à dérégler les phases du sommeil. Le magazine 60 millions de consommateur met d’ailleurs en garde sur les possibles dangers des somnifères dans son hors-série « Bien dormir, mode d’emploi » de décembre 2018/janvier 2019. Pris en trop grande quantité ou sur une durée trop longue, ils auraient ainsi tendance à aggraver les troubles du sommeil, voire à développer chez certaines personnes des comportements violents, des épisodes dépressifs parfois sévères, etc.

Ménopause et mélatonine

Produite naturellement par le cerveau pendant la nuit, la mélatonine est une hormone ayant des effets constatés sur l’endormissement et la régulation du sommeil. Le Circadin, un traitement contenant de la mélatonine, est d’ailleurs prescrit chez les personnes de plus de 50 ans pour améliorer la qualité du sommeil et réduire les troubles du sommeil liés à la ménopause. L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande cependant la plus grande prudence en raison des effets secondaires possibles plus importants chez certaines personnes :

  • maux de tête,
  • vertiges, cauchemars,
  • tremblements,
  • nausées,

La mélatonine est par exemple déconseillée en cas d’épilepsie, de dépression, de prise de traitements anti-coagulants, de régulation de l’hypertension ou de médicaments pris contre le diabète de type 2. Attention également aux nombreux compléments alimentaires vantant les mérites de la mélatonine et dont les dosages et la composition peuvent être douteux. Demandez conseil à votre médecin.

Ménopause : conseils (simples) pour mieux dormir

Vous pouvez vous mettre à la méditation, au yoga, ou prendre un petit temps de relaxation avant d’aller au lit. Des conseils (parfois de bons sens) et qui s’appliquent à tous, mais qui peuvent aussi améliorer la qualité du sommeil !

Autres conseils : se coucher à peu près à la même heure ; tenter de respecter un nombre d’heures suffisant (et qui varie d’une personne à l’autre) pour vous sentir reposée ; ne pas utiliser d’écran deux heures avant de vous coucher. Vous pouvez aussi boire une tisane ou une infusion à base de plantes qui aident à dormir comme la verveine, la camomille, le tilleul. Et si malgré tout, l’insomnie vous prend au beau milieu de la nuit, sachez qu’il vaut mieux se relever et marcher un peu, lire quelques pages d’un livre ou d’un magazine dans son canapé ou boire un grand verre d’eau plutôt que de s’agiter dans ses draps pendant des heures !

 

En savoir plus sur les troubles du sommeil dus à la ménopause

  • Ménopause : quel impact sur le sommeil ?, Allo Docteurs, France 5
  • Le sommeil et la ménopause, les pathologies, Les troubles du sommeil
  • La mélatonine, le Vidal
  • « 60 millions de consommateurs » alerte sur les dangers des somnifères, Le Quotidien du médecin

 A lire aussi autour du sommeil

  • Sortir du cercle vicieux de l’insomnie et retrouver le sommeil
  • Pourquoi mon sommeil est agité ?
  • Je dors mal : perte de sommeil passagère ou insomnie ?

https://www.allodocteurs.fr/maladies/sommeil/troubles-du-sommeil/menopause-quel-impact-sur-le-sommeil_22216.html

http://www.troubledusommeil.fr/pathologies-menopause

https://eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/melatonine.html

0

Il n'y a aucun commentaire