Agir

  1. Accueil
  2. Stress
  3. Quand les transports en commun agitent votre stress

Quand les transports en commun agitent votre stress

Prendre les transports en commun constitue pour beaucoup un acte responsable : la pollution est limitée et la bonne santé favorisée ! Voyager ainsi chaque jour est toutefois pour certains, une véritable source de stress. Quels sont les risques de ce mode de transport sur la santé et comment s’en protéger ? Voici quelques conseils de la Fondation APRIL pour mieux cerner ce phénomène et apprendre à s’en débarrasser.

Selon l’Insee*, c’est en Ile-de-France que les personnes actives privilégient le plus les transports en commun (43%), en particulier quand elles habitent la capitale (68%). Seuls 13% des actifs utilisent leur voiture pour se rendre au travail contre 38% en petite couronne et 61% en grande couronne (78% en province). La densité du réseau des transports en commun de la capitale et la fréquence élevée des métros favorisent ce mode de déplacement rapide et adapté à tout type de distance. Mais pour certains, ce mode de transport vire parfois au cauchemar, avec à la clé une réelle source de stress et un impact sur la santé.

Stress élevé = facteur de risque pour la santé

Les effets toxiques du stress ne sont plus un secret, surtout ceux qui impactent le cœur et le cerveau. Les usagers des transports en commun sont soumis à un niveau de stress élevé, souvent dû aux facteurs anxiogènes suivant :

  • le manque d’espace,
  • le retard,
  • les accidents,
  • les risques d’agression,
  • les transports en commun souterrains,
  • la sur-stimulation visuelle et auditive

Ces constats ne se limitent pas à la région parisienne et à la France, mais concernent toutes les grandes métropoles du monde. Cette  démontre que les personnes allant travailler en transports en commun subissent un niveau de stress trois fois plus élevé que celles y allant à pied par exemple.

Comment palier le stress des usagers ?

Pour abaisser votre niveau de stress en transports en commun, plusieurs alternatives s’offrent à vous :

  • Descendre quelques stations plus tôt pour finir à pied, ou circuler à vélo : au-delà de jouer en faveur de votre sérénité, cela contribue à lutter contre la sédentarité (1er cause de mortalité évitable au monde, ne l’oublions pas) et à vous (re)mettre en mouvement
  • Respirer ! Votre respiration est une aide précieuse pour désamorcer le stress. Assis ou debout, fermez les yeux et inspirez pendant 5 secondes jusqu’à remplir vos poumons. Bloquez votre respiration quelques instants, puis expirez en expulsant l’air pendant 10 secondes.Le but ici est de calmer votre cœur par l’hypoventilation, en expirant le double de ce que vous avez inspiré. Le fait de fermer les yeux vous permet aussi de vous protéger des agressions visuelles. Vous pouvez reprendre cet exercice trois fois de suite, avant de revenir à une respiration naturelle.
  • Focaliser son attention sur des détails spécifiques pour oublier la foule et le tumulte environnants quelques instants. Cet exercice peut être utilisé dès que vous ressentez de l’anxiété. Pour cela, rien de plus facile : nommez intérieurement 5 choses que vous pouvez voir, 4 que vous pouvez entendre, 3 que vous pouvez ressentir, 2 que vous pouvez sentir, et 1 que vous pouvez goûter.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour lutter contre le stress dans les transports en commun ?

 

* INSEE Flash Ile-de-France n°16 paru le 17/01/2017

0

Il n'y a aucun commentaire