1. Accueil
  2. Nutrition
  3. Le sucre, une source de plaisir à consommer avec modération

Le sucre, une source de plaisir à consommer avec modération

En 1850, les Français consommaient 1 kilo de sucre par an. Aujourd’hui, leur consommation est passée à 35 kilos par an ! Sans contestation possible donc, le sucre, ils l’aiment, vous l’aimez, nous l’aimons… Mais le connaissez-vous vraiment ? Nous sommes allés à sa rencontre pour être certain qu’il vous ait tout dit sur lui.

Qui êtes-vous ?

Je suis une substance de saveur douce, extraite principalement de la canne à sucre et de la betterave sucrière. D’un point de vue chimique, je suis une molécule de  saccharose (glucose + fructose), mais on m’appelle plus communément sucre de table. De manière générale, le terme sucre est souvent utilisé pour désigner les glucides. Sur un étiquetage nutritionnel, le terme « sucres » (avec un s), désigne tous les glucides ayant un pouvoir sucrant, essentiellement le fructose, saccharose, glucose, maltose et lactose. Le fructose, issu de la dégradation de l’amidon de céréales et notamment du maïs, ou encore le glucose, sont de plus en plus utilisés par l’industrie agroalimentaire, avec des impacts qui peuvent s’avérer négatifs sur la santé s’ils sont consommés en quantité via les produits transformés.

Simple et complexe cette présentation ? Comme moi !

Dans les aliments, êtes-vous visible ou invisible ?

Les deux. Je suis visible lorsque je suis en morceaux ou en poudre. Je m’ajoute alors au café ou aux gâteaux. Et quand je suis présent à l’état naturel du produit ou ajouté à l’aliment lors de sa préparation (jus de fruits, conserves), je suis invisible.

Vous semblez aussi être de différents styles ?

Je suis le plus utilisé lorsque je suis blanc, de canne ou de betterave. À ce moment-là, totalement raffiné, je ne contiens pratiquement que du saccharose et ne possède ni minéraux, ni vitamines. Du jus de canne, je tire oligo-éléments, vitamines et minéraux qu’il contient pour présenter un sucre de canne complet.

Votre jus de canne produit également un sirop…

Oui, il s’agit de la mélasse : épais et visqueux, il est obtenu par filtration et concentration du jus de canne. Riche en vitamine B et minéraux, la mélasse est moins calorique que le sucre blanc.

Pouvez-vous nous présenter votre gamme au pouvoir sucrant bien plus supérieur au sucre blanc ?

Il s’agit de mes sucres de fruits, fleurs et plantes. D’origine naturelle et n’ayant subi aucune transformation, miel, sirop d’érable et sucre d’agave sont les plus connus. Ma dernière-née est la stévia, dont le pouvoir sucrant est 200 à 300 fois supérieur à celui du sucre. Et sans aucune calorie !

Quelle différence y a-t-il entre votre côté naturel et celui de synthèse ?

On emploie alors le terme édulcorant, qui désigne un produit capable d’apporter du goût sucré. Ces produits peu ou pas caloriques peuvent être de plusieurs types : édulcorants naturels (saccharose, glucose…), de masse (sorbitol, mannitol…) ou de synthèse (aspartame ou saccharine).

Vous devez pourtant être consommé avec modération…

Les Français avalent tous les jours l’équivalent de 40 morceaux de sucre, six fois plus que les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Or, avec moi, il existe des risques de développer surpoids, obésité et maladies chroniques comme le diabète. Sans oublier les caries…  Je peux par ailleurs induire un compor­te­ment addic­tif. Le faux sucre aussi produit cet effet : le produit monte au cerveau et active l’hormone du plaisir, la dopa­mine. Le pancréas sécrète alors de l’insuline pour faire redescendre le taux de sucre dans le sang. Cette sécrétion induit des coups de fatigue, des troubles de la concentration, de la vigilance, puis une fringale. Du coup, on est tenté d’en reprendre. Le sucre appelle le sucre ! Mais sur le long terme, le pancréas n’est plus capable de fabriquer de l’insuline, c’est ce qu’on appelle alors le diabète.

Le sucre appelle le sucre !

 

Pour diminuer ma consommation, il faut éviter les plats prépa­rés, les sodas et l’alcool à haute dose. Et limiter les gâteaux, bonbons, chocolats, glaces… Bref, ne pas me céder à chaque fois. Mais je suis aussi une source de plaisir, profitable au moral et au bien-être, qu’il ne faut pas exclure totalement de son alimentation. Avec moi, tout est une question d’équilibre !

Les bons gestes pour réduire sa consommation de sucre[1]

  • Quand l’envie d’une note sucrée se fait sentir, choisissez plutôt un biscuit sec ou deux carrés de chocolat et rangez la tablette dans la foulée pour ne pas risquer d’être davantage tenté.
  • Limitez la consommation de produits transformés déjà cuisinés par exemple
  • Remplacez le sucre blanc par du sucre Rapadura et Muscovado, sucres de canne non cristallisés, car ils contiennent moins de glucides (316 cal pour 100 grammes contre 400 cal pour 100 grammes). Très parfumés, ils sont riches en minéraux et peuvent être utilisés en très petite quantité.
  • Si vous êtes friand de desserts, on cuisine « maison » des gâteaux, crèmes, compotes et glaces pour contrôler les quantités de sucre et trouver une autre façon de manger des fruits et des laitages. Les desserts à base de chocolat doivent être limités à une fois par semaine.

Le saviez-vous ?

  • Et si les régimes avaient un impact sur l’indice glycémique[2] ?

Des experts ont pointé du doigt les régimes alimentaires fonctionnant avec un indice glycémique (IG) élevé comme étant les principaux coupables de l’épidémie de résistance à l’insuline. Cette résistance étant le problème de base dans le diabète de type 2.

L’IG est une mesure pour quantifier l’augmentation de la glycémie dans le sang selon le nombre de glucides présent dans un aliment. Aussi, lorsque vous mangez des aliments qui provoquent une forte augmentation de la glycémie, votre corps produit plus d’insuline pour transformer cette glycémie. Au fil du temps, des augmentations répétées d’insuline rendent le corps moins sensible à l’hormone, ce qui provoque une condition appelée « résistance à l’insuline », ce qui est le premier signe d’un début de diabète.

[1] https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/equilibre-alimentaire/conseils-dietetiques/je-reequilibre-ma-consommation-de-sucre-612692

[2] https://www.pagesjaunes.ca/trucs/faits-surprenants-sur-le-sucre-et-le-diabete/

 

0

Il n'y a aucun commentaire