Comprendre

  1. Accueil
  2. Stress
  3. Le stress impacte-t-il nos capacités cognitives ?

Le stress impacte-t-il nos capacités cognitives ?

De nos jours, le stress est une sensation que tous les Français ont déjà ressentie au moins une fois dans leur vie. Mais contrairement aux idées reçues, le stress possède de nombreux bienfaits sur notre corps et impacte nos capacités cognitives de manière positive. Il est cependant important de bien gérer la dose de stress présente dans notre corps puisqu’à un certain seuil,  les effets peuvent s’avérer nocifs pour notre bien-être physique et mental.

Le mécanisme du stress sur notre corps

 

Le stress, aussi appelé de son nom scientifique Syndrome général d’adaptation, est selon le Professeur Hans Seyle « un ensemble de réponses psychologiques d’un organisme soumis à des pressions environnementales ». Le stress est donc une réaction tout à fait normale que notre corps ressent dans le but d’amener un individu à se mobiliser et à réagir au mieux face aux éléments qui se présentent à lui. Nos capacités cognitives sont largement influencées de façon positive ou négative en fonction du niveau de syndrome général d’adaptation ressentie par la personne.

Le stress possède un mécanisme sur notre corps qui lui est propre, et qui va influencer le reste de nos réactions. Trois états physiologiques se distinguent nettement dans le mécanisme du stress :

1. L’alerte : la réaction réflexe de l’organisme

Cette première étape fait suite à une situation inhabituelle que l’individu rencontre, qui engendre chez lui une émotion intense, une perturbation qui va lui demander de réagir et de s’adapter. Cet événement inhabituel est perçu par le corps qui se met immédiatement en phase d’alerte et amène la personne à un état d’éveil.

2. La résistance : construire la réponse physiologique

Cette deuxième étape arrive à la suite de l’alerte en mobilisant l’organisme par d’autres moyens pour consolider ses possibilités de réaction face au stress. Ce second mécanisme maintient la vigilance mais restaure l’équilibre dans le corps. La phase de résistance permet de contrôler la phase d’alerte afin de protéger l’organisme d’une surchauffe.

3. L’épuisement : l’absence de solution et le stress chronique

On parle de stress pathologique si la phase de résistance se prolonge trop longtemps. Cette phase d’épuisement apparaît lorsque l’individu ne trouve pas de solutions aux deux premières étapes du mécanisme du stress. Si l’épuisement n’est pas réglé rapidement, le stress chronique peut avoir de lourdes conséquences sur l’organisme comme la dépression, l’augmentation du risque d’infarctus etc…

Alors quels sont les véritables impacts du stress sur nos capacités cognitives ?

Le stress et ses bienfaits sur nos capacités cognitives

A une dose raisonnable, le stress possède de nombreux bienfaits sur nos capacités cognitives et en premier lieu sur la mémoire. En renforçant notre attention et en stimulant nos capacités d’apprentissage, le stress permet ainsi à l’individu de mémoriser plus facilement les informations rencontrées lors de ces événements inhabituels.

Le stress donne également un regain d’énergie aux personnes et agit sur la performance grâce à la création de neurones. En effet, une étude scientifique menée par une université de Californie a démontré que le stress est un bon allié pour relever des défis en augmentant la motivation des individus.

Le Syndrome général d’adaptation aide l’individu à écouter son intuition et à la stimuler. Lorsqu’un individu est plongé dans une phase de stress il a tendance à ne pas se focaliser sur les détails de son environnement mais à aller de l’avant. L’instinct et l’intuition deviennent donc les moteurs de décisions pour les individus dans des situations inconnues.

Enfin, le stress rend les personnes plus sociables en le poussant à adopter des comportements pro sociaux. Dans la plupart des études menées à ce sujet, les individus sous l’effet du stress ont tendance à plus facilement apporter leur aide, à partager, réconforter ou protéger autrui. Il s’agit de l’un des effets les plus positifs qu’une personne peut ressentir lors d’une phase de stress.

Quels sont les impacts négatifs du stress sur nos capacités cognitives ?

Souvenez-vous de vos années au collège et au lycée ! A l’approche d’un examen, nous étions nombreux à réviser nos cours pour pouvoir avoir une bonne note. Mais parfois certains d’entre nous perdaient pied lors du contrôle et n’arrivaient plus à se souvenir de leurs cours pourtant révisés quelques jours plus tôt. Dans ce cas précis, le stress altère et perturbe le rappel des informations mémorisées.

Le stress, à une dose trop élevée, impacte donc considérablement nos capacités de mémorisation : les personnes en situation de stress ne vont pas se focaliser sur l’information à retenir ou à se souvenir mais sur la situation et les stimuli négatifs qui l’entourent. De plus, le stress entraine différents troubles dans notre organisme qui n’aident pas à retenir des informations comme un manque de sommeil, de l’anxiété ou encore un manque de confiance en soi.

Le stress chronique est également un facteur de dépression chez les individus qui sont atteints par cette maladie. Cette dépression peut se caractériser mentalement et physiquement chez une personne et de ce fait, réduire sa motivation et son énergie au quotidien.

Lorsqu’un individu est touché par le stress, cela peut avoir des effets positifs ou négatifs sur son organisme mais également sur ses capacités cognitives.

En conclusion, tout l’enjeu consiste à bien savoir gérer son stress et à rester dans des taux raisonnables pour en capter ainsi tous les bienfaits. Le stress chronique demeure quant à lui plus difficile à gérer et nuit au bon fonctionnement de notre corps. Il est important de le soigner le plus rapidement possible pour retrouver une qualité de vie optimale.

 

Témoignage : Le stress des états d’urgence

Regards

Du stress aigu au stress chronique

Comprendre

0

Il n'y a aucun commentaire