Agir

  1. Accueil
  2. Stress
  3. La slow life ou l’art de ralentir

La slow life ou l’art de ralentir

La slow life est un mouvement créé pour contrer le fast living. Le concept est de revoir son rapport au temps pour vivre à un rythme plus lent, moins frénétique. Cette philosophie de vie permet de s’ancrer dans le moment présent, de ressentir plus son environnement et de recréer du lien humain plus qualitatif. Ralentir le rythme, apprécier chaque moment, c’est l’essence même de la vie, alors que vivre à toute vitesse nous fait perdre le sens des choses et donne une longueur d’avance au stress. Se déconnecter pour mieux se reconnecter à soi, une recette anti-stress décryptée par la Fondation APRIL.

Trouver le bon rythme

« Le mouvement Slow a vu le jour dans les années 80 face au sentiment d’accélération du temps. Plus précisément, c’est en 1986 que Carlo Pétrini, journaliste gastronome, crée en Italie le mouvement Slow Food en réponse au fast-food. Pour cesser de courir en permanence après le temps et s’échapper de l’étau de la vitesse, l’art de vivre slow nous invite à instiller plus de lenteur dans les différents domaines de notre vie » explique Cindy Chapelle dans son blog www.laslowlife.fr .

Cet art de vivre prône une attitude de lâcher prise, en investiguant différents domaines comme le travail, la façon de manger, la vie de famille, etc. Une étude menée en Europe, aux Etats-Unis, au Japon et en Turquie par l’Observatoire Société et Consommation démontre ainsi que près de 80% des sondés sont tout à fait enclins à freiner leur mode de vie jugé trop intense.

La première étape est de se poser pour réfléchir à son mode de vie, puis de redéfinir ses priorités. Limiter ses déplacements, désactiver ses notifications, prendre conscience que l’on est sur-sollicités par son entourage et son environnement : réévaluez son rythme au profit d’une véritable éloge de la lenteur.

A la maison, il est préférable de déconnecter, et au travail, on gagne en productivité en s’aménageant de véritables moments de concentration. Souvent mal perçue, cette façon d’envisager le quotidien au ralenti n’a rien à voir avec la paresse, au contraire ! Concrètement, c’est un gain en productivité et en bien-être et une forte réduction du stress, grâce aux bulles de création et de prise de conscience que l’on s’accorde.

Quelques conseils pour lâcher prise

  • Acceptez de ne pas être capable de tout faire : comprendre et connaître vos limites vous obligera à faire des choix et donc à revoir vos priorités.
  • Evitez au maximum les « to do lists » : elles sont souvent anxiogènes et culpabilisantes. Le mieux est de prendre le temps de réfléchir à ce que vous devez vraiment faire, les incontournables de la journée.
  • Pensez mono-tâche : cela permet de gagner en efficacité. Concentrez-vous sur une seule tâche à la fois et consacrez-vous uniquement à celle-ci tant qu’elle n’est pas accomplie. Bien entendu, toutes sources de distraction doivent être préalablement bannies de votre espace de travail afin de ne pas vous déranger.
  • Accordez-vous des pauses : le cerveau décroche en moyenne toutes les 90 minutes. S’accorder des moments de décrochage est donc primordial pour continuer à être productif tout en étant bien dans sa tête.
  • Laissez du temps au temps : il est conseillé de prévoir des créneaux horaires assez larges, par exemple mieux vaut se lever plus tôt et ne pas stresser à l’idée d’être en retard.
  • Retournez aux sources : retrouvez des rythmes un peu plus naturels et reconnectez-vous à la nature, c’est idéal pour apaiser l’anxiété.

 

L’inactivité vous culpabilise ? Sachez que les bénéfices de la slow life ne sont plus à prouver, les habitudes de vie lentes ne doivent pas être synonyme de stress, bien au contraire ! C’est une philosophie de vie qui vous révèle plus organisé, plus productif et bien plus disponible et bienveillant envers vous.

0

Il n'y a aucun commentaire