Comprendre

  1. Accueil
  2. Sommeil
  3. La sieste au travail, une douce utopie ?

La sieste au travail, une douce utopie ?

Si la sieste est nécessaire chez les enfants et les retraités, elle peut être perçue dans le milieu professionnel comme un signe de fainéantise. La Fondation APRIL vous donne ici les preuves que sieste et travail ne font pas toujours désordre.

Dans notre article du 9 novembre 2018, nous vous présentions tous les bienfaits de la micro-sieste. Qu’en est-il en entreprise ? Comment la micro-sieste est-elle perçue et comment s’intègre-t-elle dans les pratiques et les organisations ? « Dans notre culture, la sieste est discréditée et considérée comme une perte de temps » confirme le somnologue Eric Mullens. L’Institut national du sommeil et de la vigilance démontre par ailleurs qu’ environ 19% des salariés somnolent sur leur lieu de travail, alors que « siester » augmenterait la productivité de 35 %. Ces chiffres démontrent un paradoxe, qui pourrait être aboli au bénéfice des employeurs comme de leurs salariés. Certaines entreprises ont déjà passé le cap en aménageant des salles de repos, des cocons à sieste, ou encore en proposant des cours de sophrologie pour apprendre à lâcher prise. D’autres sont plus réticentes par crainte de renvoyer une image négative.

 

« Tout travailleur a droit à sa sieste »

Pourtant, dans certains pays, la sieste n’est pas un sujet de débat et s’inscrit totalement dans les pratiques. Ainsi, la Constitution chinoise prévoit-elle que « Tout travailleur a droit à la sieste ». Au Japon, la sieste est même obligatoire dans certaines entreprises. Les pays asiatiques l’ont donc bien compris : la sieste au travail est bénéfique ! En France en revanche, cette pratique est souvent associée à une image de paresse. Il y a un réel tabou autour du sommeil, avec des salariés qui peuvent aller jusqu’à se cacher dans les toilettes ou dans leur voiture pour dormir. Pourtant, « la somnolence après le déjeuner est naturelle » explique Eric Mullens. « C’est un besoin biologique contre lequel on ne devrait pas lutter » ajoute-t-il.

Russell Foster, professeur à l’université d’Oxford, a quant à lui démontré la perte d’une à deux heures de sommeil depuis les années 50. Or, le manque de sommeil engendre une baisse de la productivité. A l’inverse, un temps de repos adapté augmente la créativité, la vigilance et diminue le stress. Une micro-sieste quotidienne pourrait même éviter certains arrêts-maladie, améliorer la concentration et la mémoire. « La sieste dure en moyenne quinze minutes » indique le Docteur Mullens. « Sa durée dépend des besoins de chacun. Il est toutefois recommandé de privilégier des siestes courtes, car s’endormir plus longtemps provoque un réveil difficile et parfois même des insomnies les nuits suivantes » met-il en garde.

La sieste au travail mode d’emploi

Une micro-sieste et ça repart ? Oui, mais encore faut-il avoir un endroit pour avoir ce temps de repos au calme, surtout au bureau. Certaines entreprises ont déjà passé le cap, selon des méthodes différentes que nous vous invitons à (re)découvrir :

  • Le cocon à sieste: pour garantir un moment de ressourcement aux salariés. Le cocon s’installe et crée un espace fermé aux allures de tente. Le salarié s’allonge, enfile un masque et se laisse bercer par les contenus audio réalisés par des sophrologues. Ce lâcher-prise chronométré dure 10 à 20 minutes.
  • La microsieste: pour récupérer en quelques minutes top-chrono, la microsieste (ou sieste flash) est un moment de détente où les salariés se trouvent à la frontière entre l’éveil et le sommeil. Ils ferment les yeux, se détendent physiquement et mentalement, tout en respirant lentement par une respiration ventrale.
  • Une réorganisation spatiale: pour créer une zone de silence, cette solution est un bon début pour permettre aux salariés de se détendre. Sans téléphone portable, avec des coussins et un mobilier confortable, la pause du midi peut devenir un réel moment de lâcher prise.

Pour aller plus loin, découvrez ici quelques entreprises déjà convaincues.

0

Il n'y a aucun commentaire