Comprendre

  1. Accueil
  2. Sommeil
  3. Qui dort le plus ?

Qui dort le plus ?

Avec l’évolution de notre société et l’avènement des outils technologiques, nous réduisons notre nombre d’heures de sommeil. Selon les générations et l’âge que nous avons, notre rythme de sommeil se transforme. La Fondation APRIL vous aide à comprendre ce changement !

Court dormeurs ou en dette de sommeil ?

Le manque chronique de sommeil est extrêmement répandu dans nos sociétés modernes où un adulte sur deux ne trouve pas sa nuit satisfaisante. Cette privation de sommeil est préjudiciable pour notre santé puisque dormir moins de 10 heures par 24 heures pour un enfant de moins de 6 ans, moins de 7 heures pour un adolescent, moins de 6 heures pour un adulte est associé à une morbidité plus élevée, à des troubles de l’humeur, de mémoire et à des apprentissages plus fréquents.

Est-ce que je suis en manque de sommeil ?

Selon le docteur Sylvie Royant-Parola[1] qui préside le Réseau Morphée et qui se consacre à la prise en charge des troubles du sommeil, un adulte se met en réel danger s’il dort moins de six heures par nuit. Les courts dormeurs existent. On estime entre 1 % et 3 % de la population ceux qui sont génétiquement programmés pour se contenter de quatre à cinq heures et demie de sommeil par nuit. Pour tous les autres, une nuit devrait durer entre sept et huit heures, exceptionnellement six heures. Jamais au-dessous. Celui qui, en vacances, dort systématiquement trois heures de plus que d’habitude (passant de six heures à neuf heures par nuit, par exemple) doit se poser des questions : il est sans doute en forte privation de sommeil.

Plus on vieillit, moins on a besoin de dormir ?

La quantité de sommeil commence à diminuer à mesure que l’on vieillit, c’est vrai ! « Mais le mythe qui consiste à dire que nous avons simplement besoin de moins de sommeil à mesure que nous vieillissons, ce n’est en fait pas vrai. Nous avons besoin de beaucoup de sommeil entre 60 et 80 ans comme à 40 ans. C’est simplement que le cerveau n’est pas capable de générer ce sommeil dont il a encore besoin et dont le corps a encore besoin. Donc, la quantité totale de sommeil diminue réellement » précise Matthew Walker, directeur du Centre du sommeil à l’université de Californie, à Berkeley lors de son témoignage au micro de la NPR (National public radio).[2]

De surcroît, le sommeil devient beaucoup plus fragmenté. Aller-retour à la salle de bains, douleurs… « En plus de la quantité, c’est la qualité du sommeil qui change avec le vieillissement ».

Nous dormons moins qu’il y a 40 ans

Une étude suisse portant sur 493 enfants pendant presque 20 ans (1974- 1993) révèle qu’ils ont perdu, en moyenne, 2 heures de sommeil par jour. Cela s’explique par un coucher de plus en tardif. La perte a été évaluée chez l’adulte à environ 1 heure 30 entre  1960 et 2007. Chez l’adulte et l’adolescent, la très grande disparité entre le sommeil réellement obtenu et les besoins réels en sommeil porte essentiellement sur le sommeil obtenu en période de travail ou en période scolaire.

[1] http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/11/17/le-manque-de-sommeil-nous-tue_5216480_4497916.html

[2] http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/10/18/la-dette-de-sommeil-ca-n-existe-pas

0

Il n'y a aucun commentaire