1. Accueil
  2. Activité physique
  3. Le renforcement musculaire à la loupe

Le renforcement musculaire à la loupe

 

 

Les muscles se composent d’un ensemble de faisceaux fibres musculaires ou myocytes

On trouve trois types de muscles.

  • Les muscles lisses → estomac, vessie, etc.
  • Les muscles squelettiques → biceps, fessiers, etc.
  • Le muscle cardiaque → cœur

On trouve trois types de fibres musculaires.

  • Type 1 ou fibres à contraction lente (ST), dites aussi « fibres rouges »
    (car riches en hémoglobine qui est le transporteur de l’oxygène dans le sang)
  • type 2a ou fibres à contraction intermédiaires (Fta)
  • type 2b ou fibres à contraction rapides (FTb) dites « fibres blanches ».

Physiologiquement différentes, elles n’ont pas les mêmes caractéristiques. Les premières, peu puissantes, travaillent en mode aérobie (en présence d’oxygène) et sont sollicitées lors des exercices d’endurance. Les dernières ont une force et une vitesse de contraction très rapides et sont sollicitées pour les exercices brefs et très intenses de 1 à 2 à 3 secondes maximum (sprint, saut en hauteur, en longueur, etc.). Elles ont un métabolisme anaérobie, c’est-à-dire qu’elles se contractent sans consommer d’oxygène.

Tous les muscles associent plusieurs types de fibres selon des degrés variables.

  • Muscles posturaux (cou, dos, jambe, etc.) : proportion supérieure de fibres I
  • Muscles actifs (bras, épaule, etc.) ont une proportion supérieure de fibres IIb

Des mises en œuvres différentes selon le type d’effort

  • Exercices de faible intensité (marche) : force musculaire essentiellement générée par fibres lentes (type I)
  • Si la tension musculaire augmente, les fibres IIa interviennent en association avec fibres I
  • Enfin, les exercices d’intensité maximale nécessitent les fibres IIb

Le renforcement musculaire compte des exercices de force auquel les muscles s’adaptent très rapidement. La répétition des exercices de contraction contre une résistance/une charge (par exemple, contracter le biceps 20 fois en soulevant un poids [= la résistance] ) a un effet visible sur leur volume, leur puissance et leur résistance (augmentation). Or, le nombre de fibres musculaires n’augmente plus peu après la naissance.

L’effet du renforcement musculaire s’explique par l’augmentation de la surface de section des fibres musculaires (c’est-à-dire de la largeur des fibres musculaires) ou hypertrophie musculaire (les fibres ne peuvent plus augmenter en nombre donc elles s’hypertrophient).

0

Il n'y a aucun commentaire