Comprendre

  1. Accueil
  2. Activité physique
  3. L’activité physique : une pratique contre le cancer

L’activité physique : une pratique contre le cancer

Le repos a longtemps été conseillé à ceux qui suivaient un traitement contre le cancer. Or l’activité physique, reconnue comme le meilleur facteur protecteur des cancers, ne profite pas seulement aux bien portants. Le bénéfice d’une pratique régulière pendant, et après, un cancer est maintenant prouvé. Elle est devenue un soin à part entière.

1. L’activité physique, une alliée contre le cancer

  • En prévention: l’activité physique régulière diminue le risque de survenue de cancer, notamment des cancers les plus fréquents, du côlon, du sein, et du poumon, et de la paroi de l’utérus (l’endomètre).
  • Pendant les traitements de tous les cancers : sa pratique régulière contribue à diminuer les effets secondaires des traitements et à augmenter leur efficacité. C’est un soin à part entière dès le diagnostic
  • Après les soins: Elle réduit le risque de récidive et de décès, particulièrement pour les cancers du côlon, du sein et de la prostate.

Aussi, l’activité physique protège du cancer et favorise sa guérison, comme le prouve le rapport de l’Institut national contre le cancer. Ce travail s’appuie à la fois sur l’observation des effets physiologiques de l’activité physique et des études épidémiologiques (comparaison entre deux groupes de personnes).

2. Une activité physique modeste et de nombreux bénéfices

Elle accélère le transit intestinal : Les composants de la digestion susceptibles d’être cancérogènes restent moins longtemps en contact avec la paroi de l’intestin. Aussi, c’est à la fois un facteur protecteur du cancer colorectal, de sa récidive, et une alliée des traitements.

Elle diminue les hormones féminines : L’œstrogène en excès est un facteur de risque de cancer, du sein et de l’endomètre, et de sa récidive.

Elle participe au maintien d’un poids de forme (par lui-même facteur protecteur) : L’activité physique développe les muscles au détriment du le tissu adipeux. Or celui-ci produit des hormones et/ou des cytokinines qui favorisent les cellules cancéreuses.

Elle améliore la capacité cardio respiratoire : Le débit d’oxygène maximal pouvant être inspiré (VO2max) est augmenté, ce qui renforce les chances de survie après un cancer.

3. Faire de l’exercice pour se reposer… 

Se reposer semble la meilleure chose à faire, lorsqu’on est épuisé.  C’est sûr ! Cependant, cela ne résout pas tout. Moins on est habitué à produire l’énergie nécessaire au mouvement, plus on se sent fatigué. Pour en sortir, il faut réentraîner petit à petit l’organisme. Les capacités cardio respiratoires augmentent progressivement. Au quotidien, les gestes sont moins laborieux.

4. Faire un peu d’activité physique, c’est mieux que pas du tout 

Aussi bien en prévention que pendant et après les traitements, une pratique régulière quotidienne d’une demi-heure (2h30 par semaine) est recommandée. Cependant, lorsque saisir un objet placé en hauteur ou passer l’aspirateur sont des gestes difficiles, ce rythme peut sembler irréaliste.

Or, une pratique suivie de 10 minutes a des effets positifs. De plus, rien n’oblige d’observer un programme de Pilates quotidien. Marcher, nettoyer les vitres, désherber… sont des actions physiques que l’on peut alterner selon ses contraintes et ses envies. Les forces, l’énergie, la confiance en soi regagnées progressivement permettront ensuite d’allonger la durée de l’activité.

Le plus tôt est le mieux pour lutter contre la sédentarité : L’activité physique est d’autant plus profitable, qu’elle est entreprise, ou poursuivie, dès le diagnostic.

5. L’activité physique, un soin sous surveillance médicale 

Votre médecin traitant peut vous prescrire une activité physique adaptée (APA) à votre pathologie et à vos capacités physiques. Ce soin, qui s’inscrit dans le cadre du parcours de soins d’une maladie chronique, et notamment du cancer, n’est pour l’instant pas remboursé.

Cependant, le médecin pourra vous orienter vers des professionnels de l’APA : kinésithérapeutes, enseignants en activité physique adaptée, à l’hôpital ou au sein des associations, comme de la Ligue contre le cancer par exemple.

Comment maintenir une activité physique régulière ?

Agir

L'activité physique, c'est bon pour le moral !

Comprendre

0

Il n'y a aucun commentaire