Comprendre

  1. Accueil
  2. Sommeil
  3. Humidificateur d’air : un bon achat pour mieux dormir ?

Humidificateur d’air : un bon achat pour mieux dormir ?

Le thermostat est bien réglé. Il fait bon et vous aérez souvent. Pourtant, il y a quelque chose de gênant dans l’air. Votre nez et votre gorge irrités perturbent votre sommeil. Le coupable n’est peut-être que le taux d’humidité de la chambre. Les questions à se poser pour réguler au mieux la qualité de l’air intérieur.

De l’humidité dans la maison, mais pas trop

  • Le taux d’humidité (hygrométrie) idéal se situe autour de 50 %. Il s’agit d’une norme et les médecins en France considèrent qu’un air sain se situe entre 40 et 60 %.
  • Au-delà, les moisissures commencent à s’installer.
  • En dessous de 30 %, c’est vraiment trop sec.

À savoir : Il s’agit de l’humidité relative, calculée par rapport à la quantité d’humidité maximum que l’air peut contenir (100 %). Lorsque la météo affiche 100 %, il a des risques de pluie.

Plus de 30 % d’humidité pour bien dormir

  • L’air trop sec assèche la peau, et aussi le nez, la bouche et la gorge. Pourquoi ? Parce que l’air s’humidifie en empruntant les voies respiratoires (il leur prend de l’eau). Aussi, s’il est trop sec, elles se déshydratent et s’irritent.
  • La vapeur d’eau a l’avantage de nous débarrasser de la poussière en surpension dans l’air. Alourdie, elle retombe au sol.
  • Cette poussière est issue, notamment, de particules volatiles contenues dans les produits d’entretien et les produits chimiques des revêtements (sol et plancher) et des meubles.
  • Cette pollution augmente le risque de réveils nocturnes, d’autant plus que le nez, la gorge et de la peau ont tendance à gratter.

Sécheresse de l’air, que faire ?

  • Le mieux serait de vérifier le taux d’humidité grâce à un hygromètre (l’instrument de mesure de l’hygrométrie), car l’évaluer au ressenti peut être trompeur.
  • Aérer assainit certes l’air mais n’augmente pas forcément l’humidité. Effet, hiver et en été, l’air est souvent plus sec à l’extérieur.
  • Privilégier les gestes qui humidifient l’air : linge qui sèche, salle de bain ouverte, eau qui bout, récipient sous un meuble, tissus près d’un radiateur… Cependant, ces astuces obligent à contrôler sans cesse l’hygrométrie.
  • Investir dans un humidificateur

Un humidificateur comment ça marche ?

Quel que soit son mode de fonctionnement, le principe est celui de la cocotte-minute : l’eau contenue dans un récipient devient gazeuse. La vapeur d’eau se diffuse dans la pièce. Elle peut être froide ou chaude, produite par une résistance électrique ou des ultra-sons.

À quoi penser avant de choisir un humidificateur ?

 

  • La taille de la pièce : Les capacités de l’hygromètre dépendent du débit de vapeur émise. Un débit de 300 ml/h, par exemple, peut humidifier une pièce de 30 m2.
  • L’hygromètre : Il doit être intégré, si vous n’en avez pas déjà un. En effet, s’il est possible de régler le chauffage à la demande, c’est difficile de réguler le taux d’humidité sans cet instrument.
  • L’hygrostat: Sur le principe du thermostat, il déclenche ou arrête l’humidificateur en fonction du taux d’humidité souhaité. Un vrai plus qui permet de se débarrasser de la question : « est-ce assez ou trop ? »
  • Pour une chambre: Vérifiez qu’il soit suffisamment discret pour vous laisser dormir
  • La sécurité : La présence d’un dispositif d’arrêt automatique lorsque le réservoir est vide évite les incidents, du genre : « j’ai oublié de couper ma cocotte-minute ! »

L’évolution du sommeil avec l’âge

Comprendre

Pourquoi mon sommeil est agité ?

Comprendre

0

Il n'y a aucun commentaire