Comprendre

  1. Accueil
  2. Activité physique
  3. Quand les femmes ont conquis le droit de faire du sport

Quand les femmes ont conquis le droit de faire du sport

Des différences subsistent entre les hommes et les femmes en matière de pratique sportive. Mais, si nous remontons aux origines du sport, lorsque les femmes étaient tenues à l’écart de toutes pratiques sportives, un long chemin a été parcouru. Avec la Fondation APRIL, découvrez l’histoire d’un vrai combat entre le sport et les femmes.

Si l’activité physique a l’avantage de nous garder en forme, elle a aussi le pouvoir de briser les frontières entre les sexes. Nous ne le répéterons jamais assez mais avoir une pratique physique régulière améliore votre santé physique et mentale, en agissant sur la confiance en soi et le bien-être. Le sport est aussi un moyen de briser les stéréotypes liés au genre. Selon UN Women, « les femmes sont plus présentes dans le sport que jamais auparavant : sur un total de 997 athlètes, seules 22 femmes concouraient pour la première fois lors des Jeux olympiques de Paris en 1900. Pour la première fois aux Jeux olympiques de Londres en 2012, les femmes concouraient dans chaque discipline sportive du programme olympique. À Rio en 2016, environ 4 700 femmes ‑ soit 45 pour cent de tous les athlètes ‑ représentaient leur pays dans 306 épreuves ».

L’activité physique et les femmes dans l’Histoire

Le sport est intrinsèquement lié à l’exploitation du corps féminin. En effet, le désir des femmes de pratiquer une activité physique s’est heurté aux nombreux stéréotypes en la matière, où même le corps médical, s’emparait de ce phénomène pour contrôler les femmes, en leur faisant croire notamment que le sport rendait stérile. Il fut même un temps où les femmes se déguisaient en homme pour pouvoir participer aux JO ! Aussi, les cours d’éducation physique ont eu un rôle majeur dans l’acceptation des modèles de féminité. Ils sont entrés au programme scolaire pour la raison suivante « l’école primaire peut et doit faire aux exercices du corps une part suffisante pour préparer et prédisposer (…) les garçons aux futurs travaux de l’ouvrier et du soldat, les jeunes filles aux soins du ménage et aux ouvrages des femmes ». Il faut savoir qu’encore aujourd’hui, le rugby compte 97% de garçons et 3% de filles licencié·e·s, la danse,  7% de garçons pour 93% de filles. Environ 35% des parents avouent être réfractaires à l’idée que leur fille s’inscrive dans un club de foot (Enquête Mediaprism – Laboratoire de l’égalité, septembre 2011). En France, ce n’est qu’après mai 68 qu’est décrétée la mixité dans les cours d’EPS, tandis que le football est enfin autorisé pour les femmes en 1970.

Une étude de l’Insee montre par ailleurs que les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire du sport, sauf chez les 16-24 ans où les stéréotypes de genre se maintiennent. Ces résultats s’expliquent par le fait que « les hommes déclarent chercher davantage à dépasser leurs limites. », et si la participation des filles à une activité physique est moindre, cela s’explique par un manque d’encouragement, et non par un manque de capacités.

Aujourd’hui, toutes ces évolutions constituent de bonnes nouvelles pour la société, mais aussi pour la bonne santé des femmes. Bien que 45% des Françaises n’atteignent pas la durée d’activité physique journalière recommandée par l’OMS, cela signifie que plus de la moitié d’entre elles se dépensent. Celles qui arrivent à concilier vie professionnelle et vie personnelle, se dépensent plusieurs fois par semaine, car cela les aident à avancer, à se réaliser. En se challengeant et en prenant du temps pour elles-mêmes, elles gagnent en estime de soi tout en adoptant une bonne hygiène de vie. Renforcement musculaire, santé cardio-vasculaire, et sécrétion d’hormones du bien-être : les bénéfices d’une activité physique sont multiples. Sans compter que pour les jeunes filles, le sport renforce la confiance en elles, la cohésion et les aide à exprimer leurs émotions.

Désormais, halte donc à la différenciation entre les hommes et les femmes : chacun se doit de pratiquer une activité physique régulière, surtout lorsque l’on sait que la sédentarité est la 1ère cause de motalité évitable dans le monde ! Et pour redécouvrir comment adapter vos exercices physiques en fonction de votre âge cliquez-ici.

0

Il n'y a aucun commentaire