1. Accueil
  2. Sommeil
  3. Ecran et sommeil chez les enfants et les adolescents

Ecran et sommeil chez les enfants et les adolescents

L’adolescent et le sommeil, des liaisons difficiles… D’autant plus avec la génération actuelle, adepte des écrans sous toutes ses formes – ordinateurs, tablettes, smartphones… Or, la conséquence du manque de sommeil chez les jeunes est grande. Voici les bonnes pratiques et les conseils sommeil selon chaque âge.

Quels sont les effets des écrans sur les jeunes ?

Des études scientifiques ont confirmé les soupçons : difficulté d’endormissement et diminution du temps de sommeil ont une relation étroite avec le temps passé devant un écran. Une aventure sentimentale regrettable auquel il faut mettre un terme rapidement. Leur idylle ne peut pas durer : plus le temps passé devant les écrans est important, plus les horaires de sieste et de coucher sont irréguliers. Si l’attirance des êtres humains pour la télévision et ses dérivés ne peut pas disparaître du jour au lendemain, elle doit toutefois être atténuée au maximum, en suivant le temps recommandé devant un écran selon les âges. Car les effets des écrans sur le sommeil sont dramatiques.

Chez l’enfant, l’histoire des écrans a des effets délétères, notamment si le média est regardé :

  • dans la chambre ;
  • sans le contrôle des parents ;
  • après 21 heures ;

Programmes non adaptés à l’âge de l’enfant ou contenus violents sont également malsains pour avoir un bon sommeil réparateur.

Et si plusieurs médias sont présents dans la chambre (téléphone, Internet, TV, console de jeux…), les répercussions sont multiples.

Mélatonine et lumière bleue font mauvais ménage

Victime collatérale de cette aventure entre les jeunes et l’écran : l’hormone du sommeil, la mélatonine. Sa sécrétion est inhibée par la lumière des écrans, en particulier informatiques (on parle alors de lumière bleue des écrans), des faisceaux lumineux qui mobilisent l’attention, augmentent le niveau d’éveil et décalent l’endormissement. La mélatonine est également victime de l’exposition aux ondes électromagnétiques des téléphones portables qui modifie l’architecture du sommeil.

Selon une enquête réalisée par Calysto, un grand nombre d’enfants et d’adolescents seraient concernés puisque 35 % des 15-17 ans, 40 % des 13-15 ans et 34 % des 11-13 ans dorment avec leur portable sous l’oreiller…

Conséquence du manque de sommeil chez les jeunes

Ainsi, question sommeil, les ados sont en retard ! Et cette perte de sommeil est une catastrophe. Imaginez plutôt : le manque de sommeil chez les jeunes est de plus de 2 heures par jour chez 40 % des 15 ans !

Les conséquences sont immédiates et inévitables : 42 % des adolescents se plaignent d’être somnolents dans la journée, la plupart sont très peu attentifs entre 8 et 10 heures du matin. Mon ado dort tout le temps ? Non, votre ado n’est pas fainéant. Le problème se passe la nuit… et ressurgit à l’école ! Un ado qui dort le matin en cours n’a donc malheureusement rien d’étonnant…

Comment lutter contre le manque de sommeil ?

Le phénomène du manque de sommeil chez les ados est mondial. Pour tenter de trouver une solution, une expertise collective menée par l’Inserm a préconisé de retarder d’une heure l’entrée en classe. Au collège et au lycée, les cours commenceraient à 9 h. Aussitôt dit, aussitôt fait aux Etats-Unis : la ville de Minneapolis a repoussé d’une heure le début des cours chez 5 100 collégiens. Performances scolaires, motivation et estime de soi ont alors augmenté de façon significative. En France, aucun aménagement des horaires pour les adolescents n’est malheureusement prévu à ce jour…

0

Il n'y a aucun commentaire