Comprendre

  1. Accueil
  2. Stress
  3. Comment dompter le stress des études supérieures ?

Comment dompter le stress des études supérieures ?

Nombreux sont les étudiants.es à se sentir seuls, inquiets ou déprimés. En ligne de mire, la pression de la réussite qui constitue un enjeu de taille dans leur vie d’étudiants.es. Comment lutter contre ce stress des études ? La Fondation APRIL décrypte ce phénomène et vous donne des clés pour agir.

Une récente étude de l’Observatoire de la Vie des Etudiants met en évidence que des milliers de jeunes seraient anxieux, stressés, voire dépressifs à cause de leurs études. Ainsi, en 2013, ils étaient 22 % à suivre la voie de la déprime contre 28 % aujourd’hui, soit 6 points de plus.

Stress étudiant = épuisement

Peur de l’avenir, peur de l’échec, les sources de stress sont multiples et à forts enjeux chez les étudiants. Nombre d’entre eux s’épuisent : révisions acharnées, mauvaise organisation… et pour tenir, le café, le tabac et la malbouffe : pas les meilleurs alliés d’une bonne santé ! Si pour les étudiants.es, les études sont donc une première étape de la vie et une source d’indépendance, elles sont aussi synonymes d’incertitude et d’isolement. Près d’un étudiant sur deux se sent isolé, 59 % font part d’un état de stress, et 32 % se disent déprimés.

Lorsque le niveau de stress devient trop élevé et qu’il perdure, il entraîne un déséquilibre et devient néfaste. Des symptômes peuvent alors se manifester sur les plans physiques et psychologiques. Une première étape pour une bonne gestion du stress pendant les études consiste à reconnaître les signaux d’alarme de l’organisme lorsqu’ils se manifestent.

Généralement, un état de stress chez l’étudiant.e se traduit de manière plus ou moins modérée, par les symptômes suivants :

  • Sentiment de tristesse
  • Fatigue intellectuelle
  • Troubles de la mémoire
  • Troubles alimentaires
  • Troubles du sommeil / insomnies
  • Consommation excessive de tabac et / ou d’alcool
  • Prise de médicaments (comme des tranquillisants ou des antidépresseurs)

Triptyque anti-stress = bien-être, alimentation, sommeil

Pour lutter contre le stress des études, il est primordial que les jeunes s’accordent des moments de détente, même s’il est parfois compliqué pour certains de s’organiser pour concilier cours et loisirs. Une des pistes pour y parvenir : programmer ces moments de bien-être (au même titre que les rendez-vous chez le médecin !). Lecture, sport, loisirs créatifs, sorties entre amis… Il est recommandé de fractionner périodes d’effort et périodes de plaisir, en alternant 2 heures de travail avec 30 minutes de pause.

L’alimentation est bien sûr un autre point essentiel pour se libérer du stress. Manger sainement, lentement, à des rythmes réguliers est un point essentiel pour la santé.

Le sommeil est en outre un élément clé à ne pas négliger grâce à son rôle réparateur et régulateur sur l’organisme.

Enfin, en cas de surmenage, il est conseillé de consulter un médecin et en premier lieu son médecin généraliste, car c’est la première étape de la prise en charge. Il existe également des structures d’accueil spécifiques prévues pour les étudiants, comme le Service Universitaire de Médecine Préventive
et de Promotion de sa Santé (SUMPPS) ou le Bureau d’Aide Psychologique Universitaire (BAPU).

Il ne faut pas oublier que l’évaluation du niveau de stress dépend des conséquences des manifestations anxieuses ressenties, et que leur présence occasionnelle reste tout à fait normale, et peut même avoir des effets bénéfiques.

Pour aller plus loin, nous vous proposons de consulter les conseils de la LMDE ou de la SMERRA pour apprendre à dompter le stress des études !

0

Il n'y a aucun commentaire