1. Accueil
  2. Stress
  3. Comprendre le stress

Comprendre le stress

Personne ne réagit de la même manière face à une situation stressante. D’une personne à l’autre, il y a des points communs mais aussi beaucoup de choses qui nous différencient. Cependant, il existe aussi de grandes techniques et petites astuces pour combattre le stress.

À chacun son stress

Stress héréditaire : Merci les parents !

Oui, des études récentes l’ont montré : la sensibilité du stress peut se transmettre génétiquement. C’est « l’héritabilité du stress ». Merci Papa et Maman ! Ce facteur non négligeable serait de l’ordre de 30 à 40 % pour le stress biologique ou le stress environnemental. Ça n’explique pas tout, mais quand même…

Stress et mode de vie : Merci l’environnement !

Des facteurs de stress environnementaux (pollution, alimentation, drogues, vieillissement..) modifieraient l’expression des gènes en cause dans la mécanique du stress. C’est l’épigénétique. En 2010, une étude sur 150 salariés (certains en trois-huit, d’autres à la journée) a mis en avant la présence d’effets épigénétiques sur le stress ressenti (Source : Inserm, 2011).

Stress et société : Merci la performance et le rejet social !

À chacun son stress : les hommes seraient davantage sensibles à la performance, et les femmes au rejet social (Source : Inserm 2011). Quant à l’enquête Sumer de 2003, fournissant une évaluation des expositions professionnelles des salariés, elle a montré que les femmes sont 28,2 % à vivre des situations de travail tendues contre seulement 19,6 % des hommes. Même s’il est difficile d’en tirer des conclusions, ça peut tout de même aider à la compréhension de certains facteurs de stress.

 

Ne pas hésiter à éviter le stress

Tout le monde n’a pas une âme de guerrier ! Plutôt que d’affronter le stress, certains préfèreront le contourner, le tenir à distance. Et si gérer le stress était possible ?

Comment lutter contre le stress :

  • Relativiser : ce qui m’arrive n’est pas si grave.

Exemple : j’ai un problème au travail, mais c’est toujours moins grave qu’un accident de voiture

 

  • Lâcher prise : ce qui m’arrive, m’est arrivé, il faut passer à autre chose.

Exemple : l’accrochage de ce matin avec mon supérieur est terminé, je passe à autre chose

 

  • Arrêter le perfectionnisme : soit cesser de vouloir être parfait en toutes circonstances. Etre à la hauteur H24 est impossible.

Exemple : ce dossier est compliqué pour moi, mais je saurai être plus performant sur un autre sujet, un autre jour.

 

  • Prendre le large : il faut que je prenne du recul.

Exemple : la situation de crise vécue ce matin au travail ne doit pas me miner. Je dois aller prendre l’air quelques dizaines de minutes pour faire le vide.

 

  • Mettre la barre à sa hauteur : ça passe par ramener son propre niveau d’exigence à des hauteurs raisonnables. Ce que l’on me demande est trop important.

Exemple : je dois me fixer mes propres objectifs. Et tant pis s’ils ne sont pas exactement similaires à ceux de ma direction, ils me correspondent.

Et si rien ne marche, comment déstresser ?

Il ne faut pas hésiter à chercher de l’aide pour diminuer le stress. Le stress chronique peut avoir de graves répercussions psychiques et physiques. Le médecin traitant est le plus compétent pour faire le tri entre des symptômes bénins ou plus préoccupants.

 


L’échelle du stress de Holmes et Rahe et ses facteurs de stress

 

Echelle du stress de Holmes & Rahe

Élaborée en 1967 par les psychiatres Thomas Holmes et Richard Rahe, cette échelle installe un lien mécanique entre stresseur et situation de stress. Intéressant mais très simplificateur…

Dans l’échelle de Homes et Rahe, 43 situations sont associées à une valeur. De 100 pour la plus complexe à surmonter (le décès d’un conjoint), à 11, la plus simple, une infraction à la loi.

Cette échelle établit un lien entre l’environnement psycho-social et certaines maladies. Elle avait initialement pour objectif de prédire les risques sanitaires à partir de l’histoire des individus. Elle a le mérite de bien montrer la très grande diversité des facteurs de stress, événements négatifs mais aussi positifs présents tout au long de la vie.

Pour mesurer le stress, on peut calculez son score en faisant la somme des points associés aux événements vécus durant les douze derniers mois. Même si on doit garder ses distances avec les résultats du test, s’il est supérieur à 300, Holmes et Rahe pronostiquent un risque élevé de maladie…

0

Il n'y a aucun commentaire