Agir

  1. Accueil
  2. Stress
  3. Besoin de créer ?

Besoin de créer ?

Combattre le stress n’est pas nécessairement synonyme de casse-tête. Pour vivre décontracté, on peut occuper son corps à des activités physiques simples. On peut aussi s’adonner à des pratiques créatives. Et ça marche vraiment !

L’art-thérapie : faire du beau pour reprendre confiance

L’art-thérapie est une pratique fondée sur la création artistique encadrée (peinture, modelage, danse, etc.). Le principe est de favoriser l’expression d’émotions positives par d’autres moyens que les mots. L’effet positif sur le stress passe par la construction d’une image plus valorisante de soi-même à travers une production artistique dont on est fier, qui permet de se faire connaître par son entourage sous un nouveau jour. Les ateliers peuvent êtres collectifs ou individuels et la qualité de l’intervenant (comme artiste et comme médiateur) est évidemment décisive. Dans le cadre libéral, pour trouver un bon professionnel, vous pouvez interroger la guilde des art-thérapeutes, regroupement professionnel, ou l’annuaire de la Fédération française des art-thérapeutes.

Version solo (et à la mode) : le coloriage anti-stress

Cinq cahiers de coloriages pour adultes figurent parmi les meilleures ventes d’ouvrages « pratiques » en 2014 selon Livre Hebdo. Les aficionados y voient un acte gratuit, une échappatoire, ils s’amusent de la dimension trans-générationnelle de l’objet, trouvent l’occasion de se concentrer et de méditer. Certains remplacent ainsi la pause cigarette !

Do it yourself

Faire soi-même ses bijoux, ses vêtements, ses meubles, customiser les produits du commerce : c’est une tendance lourde, particulièrement pour les plus jeunes générations. 61% des Français pratiquent le « Do it yourself » selon une étude Opinion Way réalisée en 2013. 20% se définissent comme créateurs réguliers, 41% à titre occasionnel, mais ce chiffre monte à 61% pour les 18-34 ans. On pratique par économie, pour recycler et moins polluer ou consommer, mais surtout pour se réaliser, devenir acteur. 93% estiment que faire soi-même remonte le moral.

Pour le sociologue Ronan Chastellier,il ne faut pas considérer ces activités comme des passe-temps dérisoires, elles s’apparentent « à une forme de régénération, d’accomplissement, voire de liberté retrouvée ».

Pour se lancer ? La toile regorge de blogs qui expliquent comment faire et de tutoriels qui ne laissent aucun détail au hasard.

Certaines activités artistiques sont plus relaxantes que d’autres

Environ 25 % des participants ont enregistré des niveaux plus élevés de cortisol. Les chercheurs expliquent ce phénomène par l’état d’éveil accru suscité par le fait de créer et un niveau d’engagement et d’implication plus élevé. Autre facteur qui pourrait jouer : le type d’activités. Dessiner et malaxer de l’argile seraient des activités plus relaxantes qu’assembler des collages.

« Une certaine quantité de cortisol est essentielle pour notre fonctionnement. Par exemple, nos niveaux de cortisol varient pendant toute la journée – les niveaux sont au plus haut le matin parce que cela augmente notre énergie pour démarrer la journée », explique le Dr Kaimal, coauteur de l’étude.

L’idée est désormais de prolonger cette étude pour explorer si l’expression artistique peut aider à réduire le stress, améliorer le bien-être physiologique et la santé physique dans un environnement thérapeutique, avec la mesure d’autres biomarqueurs comme l’ocytocine, l’hormone de l’attachement. Comment les arts visuels, notamment, peuvent bénéficier aux patients en fin de vie et à leur personnel soignant ? L’étude a été publiée dans la revue « Art-therapy Journal of the American Art Therapy Association »[1]

[1] Girija Kaimal, Kendra Ray & Juan Muniz (2016) Reduction of Cortisol Levels and Participants’ Responses Following Art Making, Art Therapy, 33:2, 74-80, DOI: 10.1080/07421656.2016.1166832 : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/07421656.2016.1166832#.V2emVzWLSM8

0

Il n'y a aucun commentaire