Comprendre

  1. Accueil
  2. Stress
  3. Aidants familiaux : attention au burn-out

Aidants familiaux : attention au burn-out

Aider un proche en perte d’autonomie est un geste important. Si les aidants familiaux qui accompagnent un membre de leur entourage connaissent bien l’exigence de cette situation, celle-ci n’est pas sans conséquence pour leur santé. Surexposition au stress et à la fatigue physique… La Fondation APRIL vous aide à mieux comprendre les signes avant-coureurs liés à ce statut particulier et vous donne des clés pour y faire face.

Aujourd’hui, 11 millions de Français sont des aidants familiaux… et ils sont de plus en plus nombreux à endosser ce rôle pour venir en aide à un ou plusieurs proches en situation de dépendance, de maladie ou de handicap. Or, ces aidants sont souvent des actifs, posant notamment la question de la difficile articulation entre leur vie professionnelle et ce rôle. Aider un proche apporte bien entendu une forme de satisfaction (« on se sent utile », « qui mieux que nous peut aider notre proche »…), mais c’est aussi une source d’épuisement physique et psychologique. Au-delà de l’isolement, les aidants familiaux cumulent tout (travail, vie familiale, etc…), ils ont peu de temps pour se reposer et se ressourcer et ont tendance à mettre leurs propres besoins de côté. Le stress n’est alors pas bien loin et devient leur ennemi numéro 1 !

Infographie_BarometreAidants_2018_FondationAPRIL_BVA

Les signes de dépression chez les aidants familiaux

Les aidants familiaux sont souvent plus préoccupés par leur proche dépendant que par leur propre état de santé, c’est pourquoi beaucoup d’entre eux ne savent pas reconnaître les signes avant-coureurs de la dépression. Les signes les plus courants sont :

·         La persistance de la tristesse et du désespoir

·         La modification des habitudes de sommeil

·         Une fatigue constante (même en cas de repos)

·         Une perte d’intérêt pour ses passions

Les débuts de la dépression peuvent se poursuivre jusqu’au burn-out. Littéralement, c’est « brûler de l’intérieur, se consumer », explique Catherine Vasey, psychologue et auteur de Burn-out : le détecter et le prévenir. La première cause d’un burn-out est un hyperstress, qui mène à l’épuisement du corps. Pour l’éviter, il faut tout d’abord que l’aidant accepte de se faire aider, en déléguant certaines tâches et en se recentrant sur ses propres besoins.

Comment aller mieux face au burn-out des aidants familiaux ?

Si vous êtes aidant familial et que vous pensez présenter plusieurs de ces symptômes ou si vous pensez les reconnaître chez un autre aidant, la première chose à faire est de consulter un médecin. Celui-ci déterminera si vous souffrez de surmenage. Un bon psychothérapeute peut vous aider à affronter le stress lié à ce statut particulier, des groupes de parole (proposés au sein des associations d’une pathologie comme France Alzheimer, des centres hospitaliers…) permettent de partager vos difficultés, et retrouver une bonne hygiène de vie vous aidera enfin à lutter contre la fatigue. Il est nécessaire pour cela de saisir l’importance de vous préoccuper de vos propres besoins. S’accorder des moments de répit se révèle très efficace pour souffler et se libérer. Ces moments peuvent ressembler à une routine sportive, culturelle, créative. Certains lieux de répit comme les maisons de répit par exemple, peuvent proposer des alternatives de répit tout en prenant en charge le proche aidé. Ces différentes pistes cumulées les unes aux autres permettent à l’aidant de prendre soin de lui et d’envisager plus sereinement son rôle

Conseils pour prévenir le burn-out des aidants familiaux

  1. Prendre conscience que pour accompagner l’autre, il faut être soi-même en bonne santé.
  2. S’informer pour trouver de l’aide et des alternatives de répit. Beaucoup de personnes s’épuisent car elles ne savent pas qu’elles ont droit à des aides à domicile par exemple.
  3. Accepter de déléguer certaines tâches. Se répartir les tâches permet à l’aidant de se rendre compte qu’il n’est plus tout seul à tout assumer et que tout se passe bien malgré tout !

Pour aller plus loin :

Retrouvez les résultats 2018 du Baromètre des aidants de la Fondation APRIL, réalisé en partenariat avec l’Institut de sondage BVA.

Reconduite chaque année, cette enquête vise à étudier les changements au sein de la communauté des aidants. Elle met notamment en perspective les évolutions de vie des aidants et de leurs proches aidés ainsi que les mesures existantes ou adoptées liées aux enjeux de notre société : prévention de la santé, vieillissement de la population…Ce Baromètre permet surtout de mieux cerner qui sont les aidants (et les aidés), afin d’essayer d’appréhender leurs attentes et besoins, en matière de soutien, de santé, d’accompagnement ou même de législation.

0

Il n'y a aucun commentaire