1. Accueil
  2. Activité physique
  3. Activité physique et maladie, quelles sont les effets ?

Activité physique et maladie, quelles sont les effets ?

Les bienfaits de l’activité physique ne sont plus à démontrer, même pour les personnes malades. Prévention de la maladie, augmentation des capacités physiques, diminution des douleurs… Tour d’horizon des effets positifs du sport en fonction des pathologies.

Des impacts positifs sur les maladies !

L’activité physique constitue soit :
– un adjuvant du traitement, en particulier pour les maladies neurologiques (sclérose en plaques, hémiplégie…), rhumatismales ou dégénératives (maladies inflammatoires, arthrose…) ;
– un traitement à part entière de la maladie et des facteurs de risques associés (diabète de type 2, infarctus du myocarde, post cancer…). L’activité physique améliore alors les capacités physiques des patients, les paramètres de la maladie (équilibre glycémique du diabète, tension artérielle de l’hypertendu…) et la qualité de vie.

Adapter la pratique sportive en fonction de sa pathologie !

Pour le patient atteint de maladie chronique, les recommandations en termes de durée et de fréquence sont identiques à celles préconisées pour l’adulte en bonne santé : 30 minutes d’activité modérée par jour, 5 jours par semaine. Cependant, l’individualisation de l’intensité de l’activité physique et la diversification des activités sont préconisées, surtout en fonction du type de maladie.

Un excellent remède pour les fumeurs

C’est un outil thérapeutique à part entière dans le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), la maladie respiratoire des fumeurs qui atteindra le 3ème rang mondial des maladies mortelles en 2020.

Halte aux cancers !

Au Centre Léon Bérard, spécialisé dans le traitement des cancers, on part du principe que l’activité physique a un effet bénéfique sur les personnes atteintes de cancer. En effet, plusieurs travaux scientifiques ont conclu qu’une activité physique régulière, démarrée après le diagnostic de cancer, diminue significativement la mortalité et le risque de récidives. Des séances de marche nordique et de gymnastique (step, tonification musculaire et relaxation) sont ainsi proposées gratuitement aux patients.

La lombalgie lui dit (presque) merci

Les effets positifs de l’activité physique ont été démontrés dans la prise en charge de la lombalgie chronique. Ce n’est en revanche pas le cas pour la lombalgie aiguë…

Arthrose : guérir, mais pas prévenir !

L’activité physique ne prévient pas l’arthrose mais les études montrent :
– une amélioration des capacités fonctionnelles ;
– une diminution des douleurs.
Comment ? En améliorant l’amplitude des mouvements, notamment l’extension, et en favorisant un meilleur contrôle musculaire pour des implications bénéfiques sur la réalisation des gestes de la vie quotidienne. Attention : l’activité physique doit surtout être pratiquée en période de rémission.

Bénéfique pour la qualité de vie dans les situations de handicap

Les activités physiques sont indiquées dans les cas de handicap moteur et sensoriel notamment en termes d’impact sur la qualité de vie.

Pour les personnes atteintes de sclérose en plaque ou de la maladie de Parkinson, la pratique d‘exercices de renforcement musculaire a des effets positifs.

Dans le cadre d’un handicap moteur, l’activité augmente les capacités physiques, la force musculaire, les habilités motrices et diminuera les risques cardio-vasculaires et métaboliques liés à l’inactivité physique.

Des indications positives démontrées, même pour les personnes atteintes de maladies respiratoires 

Contrairement à une idée reçue, il existe de nombreuses indications positives à la pratique d’activités physiques ou sportives pour les personnes atteintes de maladies respiratoires, comme la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou les cancers du poumon.

Pour les asthmatiques, le sport est bénéfique dans la prévention de leur maladie. Des règles de prudence sont toutefois à adopter, comme éviter de courir par temps froid et sec — conditions qui peuvent déclencher des crises — ou lors de pics de pollution, une dernière précaution qui s’applique d’ailleurs à tous…

Alors n’attendez plus ! Dès que votre état de santé le permet, pratiquez une activité physique.

0

Il n'y a aucun commentaire